Jeune diplômé : comment obtenir un apport d’expérience et d’expertise ?

Le monde du travail est imprévisible et cruel pour les nouveaux entrants : jeunes diplômés et lauréats. Ils trouvent difficilement du travail et les missions qui leur sont confiées ne correspondent pas à leurs niveaux de compétences. Le nœud du problème est surtout le manque d’expérience dans le milieu. Sortant d’une école supérieure, ils ont emmagasiné suffisamment de bagages théoriques. Cependant, leurs inexpériences leur font défauts et les recruteurs ont en bien consciences. La seule issue serait de trouver un apport d’expérience et d’expertise. Mais comment faire ?

Accompagnement par des professionnels

La recherche d’emploi n’est jamais une tâche aisée, surtout pour les jeunes diplômés qui doivent prouver leurs valeurs. Aujourd’hui, des organismes indépendants (village de l’emploi avis) œuvrent pour l’insertion professionnelle de ces nouveaux entrants dans le monde du travail. Ainsi, vous pouvez désormais lancer une expérience professionnelle sur odysseeemploi.org qui met à disposition des étudiants, des dispositifs et des modules de formations destinés à les former aux postes qu’ils recherchent. Les outils et le contenu des formations permettent aux jeunes diplômés de renforcer leurs acquis. Les experts les accompagnent également tout le long du processus de recrutement. Ils peuvent aussi bénéficier de rapports d’expériences des anciens lauréats.

Valorisation des potentiels

Il est vrai qu’un nouvel entrant sur le marché du travail n’est pas sur le même pied d’égalité qu’un employé expérimenté ayant suivi le même cursus de formation. Les recruteurs sont d’autant plus exigeants face à ces profils. Si vous avez peu de stage en entreprise et de job d’été avec votre actif, il est primordial de se démarquer en valorisant ses acquis. Pour un jeune étudiant diplômé, la meilleure démarche est de mettre en valeur ses atouts : motivation personnelle, connaissance de la société, aptitudes, capacité d’engagement… S’il arrive à convaincre le recruteur de ces convictions, le manque d’expérience professionnelle ne sera pas nécessairement un frein au recrutement.

Développement de l’intelligence de situation

D’un point de vue psychologique, si le recruteur évoque votre manque d’expertise, il veut savoir de quelle manière vous allez y répondre. L’un des premiers indicateurs de performances est l’enthousiasme. Les entreprises apprécient particulièrement les profils motivés qui savent comment répliquer rapidement et avec pertinence. À titre d’exemple, les startups recrutent beaucoup de profils proactifs, c’est-à-dire ceux qui ne craquent pas facilement sous la pression. Il faut créer un dialogue avec le recruteur, savoir écouter et répondre avec des arguments convaincants. Hormis l’expérience professionnelle et l’expertise, la personnalité est un des critères décisifs du recrutement.

Formation accélérée : peut-on prétendre à un titre d’expert confirmé ?
Marché système de l’information : comment trouver une formation ?