Quel est le rôle d’un chasseur de tête ?

chasseur de tête

Dans une entreprise, un processus de recrutement peut être parfois perturbé par différents facteurs. Ces événements peuvent venir d’une situation en interne ou une nouvelle dimension juridique non prise en compte lors de la stratégie de recrutement. De plus, certaines structures en pleine croissance n’ont pas beaucoup de temps à accorder aux sélections de candidats, entretien ou traitement des curriculum vitae. 


Pour ce type de situation, un professionnel comme le chasseur de tête devient un élément clé pour résoudre une situation bloquante. 


Vous êtes une entreprise ? Ou un cabinet de recrutement ? Vous souhaitez en savoir plus sur cette progression ? Prenez le temps de lire ces quelques lignes pour connaître les grands axes du métier de chasseur de tête. 

Le métier d’un chasseur de tête

Le plus souvent, le chasseur de têtes exerce sa profession au sein d’un cabinet de recrutement. Néanmoins, il est libre d’être indépendant dans ces choix de contrats. En accord avec les structures, celui-ci peut travailler pour différentes organisations. 


Prenons l’exemple d’un chasseur de têtes  travaillant dans un cabinet de recrutement à Nantes.


Au sein de l’agence, le professionnel sera chargé de mettre à disposition des dirigeants, manager ou responsable des ressources humaines des profils exceptionnels. Situé à l’autre bout du monde ou pas forcément disponible pour le moment, le chasseur de têtes doit faire preuve d’arguments infaillibles et d’une négociation hors pair pour convaincre la personne d’être débauché. 


Quelle différence peut-on faire entre un chasseur de tête et un recruteur


Lors d’un processus de recrutement, le rôle du recruteur va être de construire une stratégie de recrutement pertinente. Il sera également chargé de diffuser les annonces sur les canaux qui lui semblent intéressants. C’est donc les personnes intéressées qui vont envoyer leurs candidatures et se rapprocher du recruteur pour se faire valoir. 


A contrario, le rôle du chasseur de têtes est nettement différent. Lorsqu’un client fait la demande explicite d’obtenir tel profil, le professionnel doit tout mettre en œuvre pour aller chercher la bonne personne.  Le chasseur de têtes n’attend pas que les candidats viennent taper à sa porte. Son rôle est de trouver une cible et de tout savoir sur celle-ci afin de la convaincre de rejoindre l’entreprise de son client. 


Pour les postes clés dans une entreprise, les embauches se font majoritairement par le biais de cabinets de recrutement. Leur connaissance aiguë du marché de l’emploi et du marché du client permet au chasseur de têtes de cibler correctement les “lieux” ou d’aller chercher les candidats. 

À quoi ressemble le quotidien d’un chasseur de têtes ? 

Mettons-nous dans un contexte précis : une ETI demande à un cabinet de chasseur de têtes de trouver le/la futur(e) responsable approvisionnement. Un poste clé qui nécessite un panel important de compétences. 


Ci-dessous découvrez les différentes étapes par lesquelles le professionnel devra passer pour trouver la perle rare : 


Etape n°1 : Connaissance du poste et de l’entreprise collaboratrice

En effet, pour répondre au plus près au besoin de son client, le chasseur de têtes doit connaître parfaitement les détails de la fiche de poste et l’univers de son client. Une veille sur l’environnement et l’histoire est indispensable pour maîtriser son sujet sur le bout des doigts. 


Etape n°2 : Une prospection pointue

Pour certains postes, il faut savoir viser les supports ou organismes à qui faire appel.  Le chasseur de têtes va devoir être astucieux et faire jouer son réseau pour trouver des profils intéressants répondant aux besoins de l’entreprise finale. 


Etape n°3 : Prise de contact 

Après avoir identifié les profils cochant toutes les cases de la fiche de poste, le professionnel approche les individus. De manière générale, l’approche directe est le moyen le plus efficace pour rentrer en contact. Néanmoins, le e-recrutement émerge et est de plus en plus utilisé. 


Etape n°4 : Négociation et persuasion 

La dernière étape consiste à convaincre le candidat de partir de son entreprise et de rejoindre l’entreprise mandatée pour le client sur chasseur de tête. La préparation d’un argumentaire n’est pas recommandée, il est indispensable pour arriver au but final et respecter l’engagement pris envers l’entreprise recruteuse. 

Les erreurs à éviter dans le choix d’un logiciel de recrutement
5 raisons de faire appel à une RPO pour votre entreprise